Trois règles de base

1. L’équilibre : le mariage mets et vins en demande trois :

  • Une harmonie en termes de puissance. Sur un magret de canard à l’orange, l’accord parfait sera avec un vin rouge puissant, aux tanins charnus, présentant beaucoup de maturité, avec une très longue finale aromatique, comme par exemple L’Irouléguy.
  • Un équilibre dans la structure. Comprendre la consistance du plat est un atout intéressant dans le choix du vin : on privilégiera un vin blanc intense, vif et frais sur les huîtres, comme le Picpoul de pinet, alors que sur les langoustines, nous vous conseillerons un vin ample et gras, comme notre Crozes Hermitage blanc.
  • Un accord sur la palette aromatique. Un plat épicé ira parfaitement avec un vin du sud, comme un Côtes du Rhône, alors que des escargots iront mieux avec un vin de Bourgogne.

2. Le fil conducteur : Montez en qualité dans la dégustation au cours du repas, en respectant ses papilles : commencer par un vin effervescent qui vient « chatouiller » notre palais, puis un vin blanc qui reste sobre, un vin rouge plus tannique et terminer sur un vin moelleux

3. L’assaisonnement et la cuisson juste des plats : ces deux critères peuvent influencer la dégustation du vin, et gêner vos papilles. Un assaisonnement trop marqué ou une cuisson inadéquate risque de déstabiliser vos hôtes. Parfois, un grand vin peut se suffire à lui-même