Situé sur le 45ème parallèle, exactement à mi-chemin entre le Pôle et l’Equateur, la région de Bordeaux jouit d’un climat océanique tempéré. 

L’influence d’un courant marin chaud, le Gulf Stream, réchauffe et régule les températures de la région. 
Par ailleurs, l’écran formé par la forêt de pins protège le vignoble des vents de l’Atlantique. Ainsi le climat bordelais offre de beaux étés ensoleillés, de beaux automnes, des hivers aux rares gelées et des printemps relativement humides : très exactement les conditions requises pour un vignoble d’exception. Les 57 appellations du vignoble bordelais sont réparties en 3 grandes familles d’AOP (Appellation d’Origine Protégée) qui déterminent l’aire de production. Ces AOP sont aussi destinées à garantir au consommateur un produit de qualité ayant sa personnalité. 

Nous distinguons les appellations dites « régionales » qui correspondent aux frontières administratives du département : Bordeaux rouge, Bordeaux blanc, Bordeaux rosé, Bordeaux clairet et, selon certaines conditions de production, le Bordeaux Supérieur rouge ou blanc.
Viennent ensuite les appellations « sous-régionales » qui évoquent un pays comme l’Entre-Deux-Mers, les Graves, le Médoc ou encore un canton comme les Côtes de Blaye. 
Certains propriétaires ayant souhaité s’individualiser, sont alors apparues les appellations « communales » qui font référence aux communes de production, telles Margaux, Saint-Estèphe, Pauillac, Sauternes, Barsac, Pomerol, ou encore Saint-Emilion. Cette dernière appellation regroupant même plusieurs communes.
Après plusieurs lois et quelques évolutions, c’est le décret-loi de juillet 1935 qui a aboutit à la création de l’INAO (Institut National des Appellations d’Origine) qui définit, en accord avec les Syndicats viticoles, les conditions de production des diverses appellations : cépage, méthode de culture, densité de plantation, rendement, degré alcoolique... 
Les AOP ont encore évolué ces dernières années avec l’adoption de nouvelles appellations « Saint-Emilion » et «Saint-Emilion Grand Cru » en 1984, ainsi que l’appellation « Pessac-Léognan » en 1987.